Lovers in Beijing

 

 

 

 

 

 english 

 

 

In a country where communal and family values are the pillars of society, where the notion of " filial devotion " determines the intimate sphere of orientations, to assume and live one's sexual orientations is a wager. By freeing themselves, some of these couples have decided to live together, others have the intention to do so.

 

This work doesn’t aim at having a hasty opinion on Chinese society but, through these photos and interviews, to tell a story about people who love each other.

 

 

 

 French 

 

 

Dans un pays où les valeurs communautaires et familiales constituent les piliers sociétaux, où la notion de piété filiale est déterminante sur l’orientation du choix concernant la ‘sphère de l’intime’, vivre librement son orientation sexuelle est une gageure. S’affranchissant des résistances culturelles de leur pays, ces couples ont pour certains, décidés de vivre ensemble et pour d’autres, projettent de le faire.

 

Il ne s’agit aucunement, dans ce travail photographique, de porter un jugement hâtif sur la société chinoise, mais, au travers de ces photos et de ces entretiens, de conter l’histoire de personnes qui s’aiment.

 

Xiao Lin: 25, only daughter, native of Tianjin. Parents: Retired, former restaurateur.

 

Xiao Lin: "I live in Beijing since 3 ½ years. I am the owner of a shoe store and I currently opening a ready-to-wear fashion store. I share a flat with Rikki for three years... so we live together. When my parents come to visit me, they can not ignore it because Rikki is with me. I never talked about my sexuality with my parents, they are not friends... but I did not hide them my companion. In fact, they are aware of. It is no longer a problem, but you should know that I just bought two apartments in Tianjin, one of which for my parents. I think it makes probably easier ... the reasoning. Hitherto, when my parents visit me, Rikki go shopping with my mother.

However this has not been easy. When I was a child, I looked like a boy and behaved as such. As a teenager, I was more or less fixed on my sexual orientation. My mother sent me to a psychologist. He told her that my age was a field of experiences and let it happen. I was depressed because my parents told me that in our society, people like me would not be happy, ever.

Officially, homosexuality was still considered as a mental illness. Put yourself in parent's place. My father even wanted me to become a boy so I can live my sexuality "normally". Today, the situation in China has really changed. We see more and more gay couples in the street. People are starting to show themselves. Needless to say it's not the majority, but the situation is changing. On my workplace, everyone is aware of.

 

 

 

 

Rikki: 27, only daughter, native of Beijing. Father restaurateur. Mother : Retired

 

"I work in ready-to-wear fashion company, based in Hong Kong. I handle decorating of their shop windows. I want change people's minds about the lesbian world. My parents doubt about my sexual orientation because they know Xiao Lin (my mother appreciate her.) I have not talked to them openly. All my friends are aware and this was no problem.

We live together since three years and we want to get married and adopt a child. We therefore wish to settle in Canada in order to realize our wish. "

 

 

 

 

 

 

Keyue: 30, english teacher, divorced, mother of a daughter, one sister and two brothers.

 

 “I havent talked to my parents about my sexuality. I would like to make my coming out with everyone, including my parents. For the Chinese, gay people do not exist and where they exist, they are sometimes considered sick. Notwithstanding the gay community is more visible in major cities like Beijing. Attitudes are changing a little, especially among young people who are not alarmed by our way of life.

We have been together since January 2009. We do not live together but we want to. Except our female friends, no one knows about our situation“

.

 

 

 

 

 

Zhao: 24 years old, only daughter, unemployed, a native of Heilongjiang Province.

Father: Works for the Government / Mother: Unemployed

 

Zhao: "I live in Beijing since 10 months and I share an apartment with students. I hold a degree in English. I am currently looking for work. I talked to my parents about my sexuality ... it was during the 2008 Olympics games.  Their reaction was to lock myself in the house so I could not get out. Then I said to them I will be "nice", I will not do it again ... in order that they let me go out ... so they did. They forbade me to have this type of experience. If I had to define my sexuality, I would say I'm bisexual. I met Di at Christmas. Some of my friends are aware of our relationship. Some do not understand. This is not my first experience with a girl. For me, it just means that I'm in love with another girl, it makes no difference whether it is a boy or a girl. Some of my friends think this kind of relationship is temporary, it is "fashionable". For the others (older), they do not accept it. But things change, the Internet plays a big role. Attitudes are changing, at last ... in big cities. For many, we live this kind of relationship between twenty and thirty years old and after we get married. The weight of the family is very important.

With my friend, we wish to live together but we know it will be difficult. I do not know my future .... "

 

 

 

 

Di: 25, has a half-sister, a native of Jiangxi province.

Father: painter and university professor. / Mother: Died.

 

Di "I live in Beijing since 7 years and I am an art publisher. I also work in a local newspaper.

When I was 19, I spoke of my sexual orientation to my father. His first reaction was anger... and then quickly, he accept it. My father met some of my friends... not yet Zhao. All my friends know my sexuality, this has never been a problem. I think I'm bisexual... I want to have a stable relationship with Zhao, but I do not wish to marry. "

 

 

 

 

 

 

Maizi: 26, only daughter, political science student, native of Inner Mongolia.

Maizi "I have not talked to my parents about my sexuality. I would like to do, or rather, I should do“

 

Xiaomi: 29, only daughter, working in book publishing, native Beijing.

Xiaomi "I wish my parents learn that I like girls. I met Maizi the 20 of July 2008. Among our friends, only one is aware. He understands our desire to live together. Others think that our sexual choices will make us unhappy. We live together in a flat with flatmates. We share the same room, but none of our roommates is aware of our relationship.

We want find as soon as possible two gay men with whom we could get married in order to relieve our parents about our future. We must save face. Then we will divorce and may be ...  it will be the time to inform our respective parents of the true nature of our relationship. We believe that once our parents will know the situation, this will help to better live our union. But for now, we have no choice but to follow the path that we follow ... "

 

 

 

 

 

Jean : 22, only daughter, student in law school, native Beijing.

Mother: retired doctor. Father works in the army.

Jean: " I have not talked to my parents about my sexuality... they are very conservative and they certainly did not accept it. I am bisexual... I can find beauty in both sexes. I talked about my sexuality to one of my friends. For the others, they do not know. This is my first experience with a girl. We've been together for three months. We often go out together, but no one guessed what binds us.

In China, most homosexual relationships are lived in a hidden way, underground.

Family pressure is too strong. If we do not go through the milestone of marriage and children, we will be considered by some as a person with psychological problems, kind of outcast. In China, We are the children of our parents.

Few people make their "coming out", however, things begin to change. At least now, people know what it means to be a gay... well... they know the word“

 

 

Carol: 22, only daughter, student in law school, native Beijing.

Mother: restaurateur. Father: unemployed

Carol: “I study law at the same university as Jean and am preparing myself to become a lawyer. I live with my father. My parents divorced when I was very young. They were both focused on their work. In consequence, regardless my sexuality, they have no right to interfere. I have not spoken to my parents about my sexuality, they will discover it by themselves. As my father does not live in Beijing at present ... he has gone to seek work elsewhere, I have been living at his place with Jean for three months now. Previously, we had slept at the university. Most of my friends, who are mainly girls, know about my sexuality. For many of them, this is not a problem. I have also had relationships with other girls“

 

 

Ming: 26, only daughter, Masters in Sociology. Native of Sichuan province. Parents: working in a state factory – retired.

Ming: "I settle in Beijing in May 2002 to follow my studies. I currently live in the university with Yige. I opted for this solution in order to save money to finance our quest to integrate an American university to follow a PhD in sociology (PHD). I have not talked to my parents about my sexuality. I think it will not be possible they accept it. If they should learn it, they would feel guilty and think they are not normal to have given birth to a lesbian daughter. I do not want they bear the brunt… too much pressure. One day, we were watching a film that dealt with the homosexuality issue.. Their opinion was revealing. My mother said: "These people are not normal ... we can’t be happy when you are gay." As for my father, on the eventuality having a lesbian daughter, his response was also very clear: "I sent her to the hospital!" This is also why I am in Beijing. With distance, it’s easier to manage. They are already very concerned that I don’t have any boyfriend... Regarding my friends, I talked to those who are close to me. Their reactions were not a model of understanding. They think it is a passing fancy and that I should stop this kind of relationship... so with Yige, it’s a conceal relationship. "

Xiao Lin: 25 ans, fille unique, native de Tianjin. Parents: Retraités, anciens restaurateurs.

 

Xiao Lin : « J’habite Beijing depuis 3 ans et demi. Je suis directrice d’un magasin de chaussures. J’ouvre actuellement une boutique de prêt à porter. Je partage un appartement avec Rikki depuis trois ans. Nous vivons donc ensemble et quand mes parents viennent me rendre visite, ils ne peuvent l’ignorer car Rikki est à mes côtés. Je n’ai jamais parlé de ma sexualité avec mes parents, ce ne sont pas des amis, mais je ne leur ai pas caché ma compagne. De fait, ils sont au courant. Ça ne pose plus de problème, mais il faut savoir que je viens d’acheter deux appartements à Tianjin dont un pour mes parents. Je pense que cela a sans doute facilité … le cheminement. D’ailleurs, lorsque mes parents me rendent visite, Rikki emmène ma mère faire du shopping.

Néanmoins cela n’a pas été facile. Lorsque j’étais enfant, je ressemblais à un garçon et me comportais comme tel. À l’adolescence, j’étais plus ou moins fixée sur mon orientation sexuelle. Parce que je ne fréquentais que des filles, mes parents s’en sont doutés. Ma mère m’a envoyé voir un psychologue. Il lui a dit que mon âge était celui des expériences et qu’il fallait laisser faire. J’étais dépressive car mes parents me disaient que dans notre société des gens comme moi ne seraient pas heureux. Officiellement, l’homosexualité était encore considérée comme une maladie mentale. Il faut se mettre à leur place. Mon père a même voulu que je sois opérée pour devenir un garçon de façon à ce que je puisse vivre ma sexualité “normalement“. Aujourd’hui, la situation en Chine a vraiment changé. On voit de plus en plus de couples homos dans la rue. Les gens commencent à se montrer. Évidemment, ce n’est pas la majorité, mais la situation évolue. Dans mon milieu professionnel, tout le monde est au courant.»

 

Rikki: 27 ans, fille unique, native de Beijing. Père restaurateur. Mère : à la retraite.

 

Rikki : « Je travaille dans une société de prêt à porter, basée à Hongkong. Je m’occupe de la décoration de leurs vitrines. Je souhaite faire évoluer les mentalités concernant le monde lesbien. Mes parents se doutent de mon orientation sexuelle car ils connaissent Xiao Lin (ma mère l’apprécie beaucoup.) Je ne leur en ai pas parlé ouvertement. Tous mes amis sont au courant et cela n’a posé aucun problème.

Nous vivons ensemble depuis trois ans et nous voulons nous marier et adopter un enfant. Nous souhaitons donc nous installer au Canada afin de pouvoir réaliser notre souhait.»

 

 

 

 

 

Keyue: 30 ans, Professeur d’anglais, divorcée, mère d’une petite fille, deux frères et une soeur

«Je n’ai pas parlé à mes parents de ma sexualité. Je souhaite toutefois être reconnue comme lesbienne, notamment par mes parents. Nous sommes ensemble depuis janvier 2009. Nous ne vivons pas ensemble mais nous le souhaitons.

En dehors de nos amies filles, personne n’est au courant de la situation. Pour les chinois, les gays n’existent pas, ou lorsqu’ils existent, ils sont parfois considérés comme des malades

La communauté commence toutefois à être plus visible dans les grandes villes (associations, bars, restaurants).

Les mentalités évoluent un petit peu, notamment chez les jeunes. Certains ne sont pas effrayés par notre mode de vie, voir par ce genre d’expérience.»

 

 

 

Zhao: 24 ans, fille unique, sans emploi, native de Heilongjiang province.

Père : Travaille pour le gouvernement / Mère : Sans emploi

 

Zhao:« J’habite à Beijing depuis 10 mois et je partage un appartement avec des étudiantes. Je suis diplômée en anglais. Je recherche actuellement un travail. J’ai parlé à mes parents de ma sexualité... c’était durant les jeux Olympiques de 2008. Leur réaction fut de m’enfermer dans la maison afin que je ne puisse pas sortir. Ensuite, je leur ai dit que je serai “gentille“, que je ne recommencerai pas… afin qu’ils me laissent sortir… ce qu’ils ont fait. Ils m’ont interdit d’avoir ce type d’expérience. Si je devais définir ma sexualité, je dirais que je suis bisexuelle. J’ai rencontré Di à noël. Certains de mes amis sont au courant de notre couple. Quelques-uns ne comprennent pas. Ce n’est pas ma première expérience avec une fille. Pour moi, cela signifie juste que je suis amoureuse d’une autre fille, cela ne fait aucune différence, qu’il s’agisse d’un garçon ou d’une fille. Certains de mes amis pensent que ce type de relation est passager, que cela est “à la mode“. Pour les autres (les plus vieux), ils ne l’acceptent pas. Mais les choses changent, Internet joue un grand rôle. Les mentalités évoluent, enfin… dans les grandes villes. Pour beaucoup, nous vivons ce genre de relation entre vingt et trente ans et après nous nous marions. Le poids de la famille reste très important.

Avec mon amie, nous souhaitons vivre ensemble mais nous savons que cela va être difficile. Je ne connais pas mon futur …. »

 

 

Di : 25 ans, a une demi-sœur, native de Jiangxi province.

Père: peintre-professeur en université. / Mère : Décédée.

 

Di « Je suis à Pékin depuis 7 ans et je suis éditrice d’art. Je travaille aussi dans un journal local.

J’ai parlé de mon orientation sexuelle à mon père quand j’avais 19 ans. Sa première réaction fut la colère puis... rapidement, il a accepté. Mon père a connu certaines de mes amies. Il ne connaît pas encore Zhao. Tous mes amis connaissent ma sexualité, cela n’a jamais posé de problème. Je pense être bisexuelle… je veux avoir une relation stable avec Zhao, mais je ne souhaite pas me marier.»

 

 

 

 

Maizi: 26 ans, fille unique, étudiante en science politique, native de Mongolie intérieure

Maizi: «  Je n’ai pas parlé à mes parents de ma sexualité. Je souhaite le faire ou plutôt je veux le faire. »

 

Xiaomi : 29 ans, fille unique, travaille dans l’édition de livres, native de Beijing

Xiaomi  « Je souhaite que mes parents apprennent que j’aime les filles. Nous nous sommes rencontrées le 20 juillet 2008. Parmi nos amis, seul un, est au courant. Il comprend notre souhait de vivre ensemble. Les autres pensent que notre choix sexuel nous rendra malheureuses. Nous vivons ensemble, dans un appartement en colocation avec d’autres personnes. Nous partageons la même chambre, mais aucune de nos colocataires n’est au courant de notre lien.

Nous souhaitons trouver le plus vite possible deux hommes gays avec lesquels nous pourrions nous marier afin de soulager nos parents concernant notre devenir. Il faut sauver la face. Ensuite nous divorcerons et peut être… alors, il sera temps d’apprendre à nos parents respectifs la véritable nature de notre lien. Nous pensons qu’une fois que nos parents connaîtront la situation, cela contribuera à mieux vivre notre union. Mais pour le moment, nous n’avons pas d’autre choix que de suivre le chemin que nous suivons … »

 

 

 

Jean: 22 ans, fille unique, étudiante en faculté de droit. Native de Beijing

Mère : médecin retraité. Père dans l’armée

Jean: « Je suis étudiante en droit (bachelor.) Je n’ai pas parlé à mes parents de ma sexualité. Ils sont très conservateurs et ils ne l’accepteraient certainement pas. Je suis bisexuelle : je peux trouver de la beauté dans les deux sexes. J’ai parlé de ma sexualité à un de mes amis. Pour les autres, ils ne le savent pas. C’est ma première expérience avec une fille. Nous sommes ensemble depuis trois mois. Nous sortons souvent ensemble, mais personne ne devine ce qui nous lie. En Chine, la plupart des relations homosexuelles sont vécues de façon cachée, underground. La pression familiale est trop forte. Si on ne passe pas par l’étape du mariage et des enfants, on est considéré par certains comme une personne ayant des problèmes psychologiques. Nous restons les enfants de nos parents. Peu de personnes font leur  “coming out“, toutefois, les choses commencent à changer. Au moins, maintenant, les gens savent ce que c’est qu’être un homosexuel… enfin ils connaissent le mot. »

 

Carol : 22 ans, fille unique, étudiante en faculté de droit. native de Beijing

Mère : Restauratrice. Père : au chômage

Carol : « J’étudie le droit dans la même université que Jean et je me prépare pour être avocate. Je vis chez mon père. Mes parents ont divorcé quand j’étais très jeune. Ils étaient tous les deux focalisés sur le travail. Du coup, peu importe ma sexualité, ils n’ont aucun droit d’intervenir. Je n’ai pas parlé à mes parents de ma sexualité, ils la découvriront par eux-mêmes. Comme mon père ne vit pas actuellement sur Pékin… il est parti chercher du travail ailleurs, j’habite chez lui depuis trois mois avec Jean. Précédemment, nous dormions à l’université. La plupart de mes amis, dont beaucoup sont des filles, connaissent ma sexualité. Pour un grand nombre d’entre elles, ça ne pose pas de problème. J’ai eu d’autres relations avec des filles.»

 

 

Ming: 26 ans, fille unique, master en sociologie. Native de la province du Sichuan. Parents : Travaillaient dans une usine d’État – à la retraite

Ming: « Je suis arrivée à Beijing en mai 2002 pour suivre mes études. J’habite actuellement à l’université avec Yige. J’ai opté pour cette solution afin d’économiser de l’argent pour financer notre demande d’intégration dans une université américaine pour y suivre un doctorat en sociologie (PHD). Je n’ai pas parlé à mes parents de ma sexualité. Je pense que pour eux ce ne sera pas possible de l’accepter. S’ils devaient l’apprendre, ils culpabiliseraient et penseraient que ce sont eux qui ne sont pas normaux pour avoir mis au monde une fille lesbienne. Je ne veux pas leur faire supporter ce poids, trop de pression. Un jour, nous regardions un film qui traitait de la question de l’homosexualité. Leur opinion fut révélatrice. Ma mère m’a dit : "ces gens ne sont pas normaux… on ne peut pas être heureux quand on est homo." Quant à mon père, sur le fait de pouvoir avoir une fille lesbienne, sa réponse fut aussi très claire :"je l’envoie à l’hôpital ! " C’est aussi pour cela que je suis à Beijing. Avec la distance, c’est plus facile à gérer. Ils sont déjà très préoccupés parce que je n’ai pas de petit ami… Concernant mes amis, j’en ai parlé à ceux qui me sont proches. Leurs réactions ne furent pas un modèle de compréhension. Ils pensent que c’est une lubie passagère, qu’il faut que j’arrête ce genre de relation… donc avec Yige, c’est une relation cachée. »