Chinese Parisian Chronicle

 

  Chronique chinoise parisienne

 

 

 

 english 

 

 

This photo essay started in 2007, showing a series of portraits and interviews relating the path of various immigrants, and the reasons that have incited them to settle on a temporary or permanent basis in France. Work of memory on a part of the chinese immigration, these portraits are the occasion to have double glance, one on their own country and one on their host one. It seems appropriate to me to propose, through this series of portraits, a particular lighting on these individual paths, paths which are unquestionably related on Chinese history and China’s fast-changing society.

 

Today, majority of this work consists of 50 portraits and interviews. Each portrait was shot in a place chosen by the people who were photographed.

 

Accompanying remarks on these pictures and extracts of interviews of photographed people, enlighten, in a peculiar way, the result of the meeting of other values and identity. This migration is carried daily by the learning of new cultural codes, individualism issues, absence of authority...

 

 

 

 French 

 

 

Ils s’appellent Di, Rong, Yun, sont jeunes, chinois et ont décidé de venir s’installer à Paris. Ils viennent essentiellement de la partie orientale de la Chine, sont issus principalement d'une classe moyenne urbaine et sont souvent diplômés. Ils ont bénéficié de la croissance économique chinoise et représentent, aujourd’hui, une part non négligeable de l’immigration chinoise en France.

Génération dite de l’enfant unique, fille ou garçon, l’enfant choyé bénéficie des mêmes prérogatives: c’est sur lui que l’on mise et c’est par sa capacité et sa volonté de réussite qu’il exaucera les attentes de sa famille. Cet espoir d’une vie meilleure et d’une reconnaissance plus large de leurs compétences universitaires, pousse ces jeunes à venir parfaire leurs études à l’étranger. Optimiser sa position sociale en Chine est aussi synonyme de départ pour l'Occident. On peut parler d’une émigration économique ”du savoir.”

L’investissement familial vers les enfants chinois a pour corollaire une pression énorme à « réussir » et à ainsi, honorer son ascendance.

Chez les femmes, cette volonté d’excellence dans l’acquisition du savoir puis dans la réussite sociale, ne tend pas uniquement à pallier aux dépenses financières et à répondre aux codes sociétaux, mais également, à pouvoir gérer la liberté que cette réussite procure: devenir indépendante pour gagner de l'argent et gagner de l'argent pour devenir indépendante.

Au quotidien, cette migration s’accompagne d’un sentiment de solitude marqué par l’isolement lié aux difficultés linguistiques mais aussi par l’apprentissage de nouveaux codes culturels : l’individualisme questionne, l’absence d’autorité étonne...

 

Di (Notre dame de Chine Paris XIII)

 

Born in 1980. In France since 2002, Studies in Paris VIII. / Mother: police. Father: Economics teacher.

I wanted to confront myself to something different. I chose France because it is less expensive than the US or England and it’s simpler to obtain a visa. I was attracted to the artistic and cultural aspect of the country. In China I was like a little princess, spoiled, protected. In France… I have destroyed all that… I have lost myself during two years… I’ve become an adult… You have to pay the rent, food… Accommodation in France is a real problem. I’ve moved 7 times in a year before I found a stable place.

After 5 years in France I have the impression that I could live and adapt myself to any other country. The French culture has enriched me. I have many French friends. I’m no longer afraid of change, I’ve found my natural way… I try to follow it. I would like to stay in France for the next 10 years… but there is the problem of the residence permit. I love this country but it doesn’t seem to love me. I would also like to go to Canada… going back to China now would be a bit too soon.

Being Chinese is foremost being heir to more than 5000 years of history… honour is a priority value. We have conscience than life is short and we do everything to be rentable and productive. We don’t know how to relax, enjoy free moments… Our value, our power and potency increase every day… it may be the change of the course of history… after more than a century of humiliations. Chinese pragmatism is very important… it may be too much. Constructing is the key word. The Chinese here want to be a bridge between Europe and China.

 

 

 

 

Min Huei, (Opéra de la Bastille)

 

Born in 1968. In France since 1990. One brother. Mother: housekeeper. Father: used to run an import export business, retired.

 

My mother has always been a housewife. In her time, women were defined by being a spouse. She always pushed me to study to be self-sufficient… I was educated to be independent, not to be a housekeeper. I was a model daughter, studious, well behaved. I started to play music when I was 7 years old… at 12, I taken an exam to go in a special music school… My mother has done everything for me in order to provide me the best working conditions… When I passed my bachelor degree in Music, I was getting ready to reach the US… but I choose France… even so the image of the United States is more prestigious... (…)

I thought the French culture was very refined, elegant, romantic… I have the French citizenship, now. I get married to a frenchman, a musician… The sense of family is different than it was in Taiwan… Chinese are more focus on their family.

(…) I find French women arrogant… sometimes they can behave like men. I think they are selfish, the center of the world… perhaps too liberal. Paradoxically I find men more delicate… in any case more than the Chinese. That is undoubtedly the cultural difference between Europe and Asia.(…)

 

 

 

 

 

Stéphane, café l'Etoile Manquante-Paris

 

In France since 2000. Born in 1973.Only child.

 

My parents teach Chinese literature… I was educated in the university campus, live one's own little world , in a cultural model of excellence… Coming to France led to many ruptures… that which isn’t evident. They have chosen “l’École des Mines“ of Paris for me. (…) I don’t like the grumpy personality of the French but I value that they are proud of their culture and attached to their roots… (…) you have to notice the French bureaucracy as well: to make my student residence card they asked for a bank account and to open a bank account they asked for a residence card. There are lots of ridiculous things like that.

However, I feel good in France, I have friends… working conditions are good… 5 weeks of holidays… in China you get 7 days. I have no need to go to China, only to visit my family… I would like to bring things of traditional China, values like respect for elders, for the promises made. For me, those are Chinese values… it probably isn’t like that anymore… In my business there is a project to work in China. I would like to be that bridge, help communicate. I asked the French nationality to make my activities easier. I might start to feel French, I might settle down and put down roots

 

 

 

 

 

 

 

Dan, Cinéma Brady-Paris

 

In France since 2002. Born in 1977.Only child. Returned to China at the end of 2008.

Mother: government employee then worked for a business company. Father: writer.

 

I obtained my journalism diploma in 2000… my generation lies between tradition and openness. I wanted to travel, break ties with my life in China. I was missing something… I thought I would change my life, I thought France would be like its cultural and romantic image. Reality is different. You always think that things are different abroad, that life will take a different course. You think that “otherworldliness“ is always more beautiful but when you live this “elsewhere“… you find out that it is the same as being “here”… Pride is the first adjective that comes to my mind to qualify being Chinese: pride of my culture and history… proud of the hardships that my country gone through. Today China can embark on what it seems good for it. (…)

I’m doing a master in cinema about Chinese cinema. I spend a lot of time studying. I imagine my life in France, country of cinema… I do not regret this trip full of rich experiences, this confrontation with another culture, even if some of my friends have a stable position in China and have built their home. If you want to have an easy life it’s not worth to come to France… I’m talking about someone with diplomas… (…) that is the reason why I’m here and I say you have to seize the moment.

There is a problem of confidence between the Chinese government and its people… it seems this particularity is very much present in our history. The government doesn’t have enough confidence in its people but one has to be alert to certain liberties that could put our country in danger…

 

 

 

 

kittie, Couloir immeuble-Paris

 

In France since 2004. Born in 1992 in Hong Kong. One half sister. Mother: works in a beauty parlor.

 

As my mother used to work a lot in her little business her cousin and her husband took care of me when I was 3 months old. They were like real parents to me, I had brothers and sisters… a real family. I saw my mother 3 or 4 times a year. Afterwards, my mother and my future stepfather started for France… I joined them two years later, in 2004, I was 12 years old… That was suddenly, I had to change my situation. I didn’t want to leave my friends, my family.

I get in a special reception class… I hardly knew how to say Hello, see you and thank you. A catastrophe (…) I like school. My friends at school are mainly French and outside of school most of them are Chinese.

Life in France is quiet, I don’t know if I ever want to live in Hong Kong. It is good for people to move to another country to study… to get to know a country you have to live there, discover its culture… it isn’t a postcard. In don’t feel really integrated, perhaps because of my way of speaking French… (…)

 

 

 

 

YI, Phoenix TV, Ivry

 

In France since 2000. Born in 1975. Grew up in Zhenjiang. One sister.

Mother: worked in an industrial company, gave up her job to take care of her children.

Father: commercial manager in a firm.

In China everyone has to be the same, and live for others, under the sight of others. If you’re single at a certain age all the people that know you, like your family, are very concerned… more than you are. Here it doesn’t seem to be a problem. Everyone has his or her private life… the French are more self-centred… France is changing… it is no longer a welcoming country. The procedures for family entry and settlement don’t exist anymore. It is increasingly difficult to have your family come over. Despite everything, I adore their culture… besides there is freedom of thought and the rebellious side. The French criticize others a lot, but they have the courage to laugh at themselves…

Those of us who were born in the 70s are from the middle generation. For one part, we have all the traditions, for the other we make the most of the openness of the country… A generation in transition…

Daily life is much more dynamic in China… life seems easier… I say that but I can’t stand the idea of permanent competition… there is always a lot of pressure… there is no joy of living… always running after anything… a race without end. The Chinese live for others, family, boss, thought of others.

 

As a woman, I wish to be able to study, to work, to travel, cultivate myself as much as possible, before I concentrate on my family and children. A woman always needs to cultivate her curiosity, her ties with the outside world… instead of submerging herself on the kitchen. Moreover, in China modern women are stronger every day; they attain positions of leadership, especially in international firms. The same happens with their partner, especially in large cities, where it is the woman who takes decisions most of the time. Men call their wife jokingly “my director”. In France it is the other way around, men are used to be pampered by women.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alice, at Ladurée-Paris

Je suis née en 1985. Je suis en France depuis 2005. Mes parents financent mes études aux Beaux-Arts de Versailles. Ils veulent le meilleur pour moi… je suis très choyée. J’ai souhaité venir à Paris car sa réputation de Capitale des Arts n’est plus à faire. (…)

Je pensais que Paris était magnifique, propre, les gens polis… cela ne ressemble pas à ce que j’avais imaginé… mais le rythme de la vie y est moins stressant qu’en Chine. Je me sens, néanmoins seule, la solitude me pèse… et parfois j’ai un sentiment d’infériorité… peut-être dû au barrage de la langue, je ne parle pas français. Pour moi, les codes sont difficiles à cerner… Les Chinois ne montrent pas leurs sentiments, mais les français sont très expressifs… c’est un autre mode de vie.

 

 

 

 

Qin, at home-Paris 75019

I set off for France when I was 17… in 1997… it was my parents´ wish… they thought life would be easier for me. One of my sisters had come 5 years before… without formal education… she came to work. I arrived with a falsified passport and a tourist visa that belonged to someone else… this trip cost me a lot. When you come to France they take away your passport… so in an overnight you become an illegal immigrant…and you have to pay. My parents paid them. You work illegally for one, two years to be able to refund them. I don’t remember the name on the passport I had despite having learned it well by heart. At first, I was desperate… it was so different from what I had imagined… I didn’t know how to speak French. I lived approximately 4 years at my sister’s and took french classes. I married a Frenchman and now we have a son.

To become integrated… it’s hard…. even if you’re French you aren’t really French, because of the differences… the face… it is difficult. I don’t regret anything but it’s tough. At the moment I don’t want anymore to live in China… actually I don’t really have the option. After living 11 years in France it isn’t possible to go back to China… Deep down I’m always Chinese. What’s missing… sometimes… I’d wish to be comfortable in… I don’t know how to say it… I feel a little bit alone in my universe.

 

 

 

 

 

 

 

 

Owen, université Descartes-Paris

 

In France since the end of 2005. Born in 1985. Only child. Mother: bank employee. Father: government employee.

The choice of France was made, among other things, because of the good level of biology at French universities. My father didn’t support me in my desire to go abroad. It made him very apprehensive. When I arrived in France I found it didn’t correspond with the image I had in China.

Where were the gentlemen?

At first I was afraid to go out in the street, in the metro… there are people who seem insane… I perceive the realities of life… worries… life isn’t rose tinted. My father gets very surprised when I tell him about my daily life. Outwardly, Chinese seem to have fewer worries. In China people think everything will be easier in France, but it isn’t like that. The French are very emotional, when they talk it is a bit tiresome. Perhaps we, the Chinese, are too discreet. It’s funny, but given the complexities of the language, I used to think the French were very bright… To be able to think of so many things while they speak… Often, the French emphasize their sentences with a “do you see what I mean”. I don’t know why. The Chinese are much more precise. For the Chinese every word has a meaning… Even while I don’t want to live in France all my life I’d like to go back from time to time… for the mood

 

 

Wenjun-Paris

 

In France since October 2004. Born in 1976. Four brothers. Returned to China in 2009. Parents: retired, formerly shopkeepers.

(…) After 3 years in Jingxi studying finance and economy at a university I found a job in Canton. (…) and decided to learn French. It hadn’t occurred to me to go to France, only to learn another language. I studied for 5 years and then I decided to live something different, and I went alone… I got married before. We had been together for 5 years without cohabiting. My husband helps me a little financially… Marriage is a protection. When you get married… you’re a family… I consider my husband’s thoughts; I call him every day… I treat him like my brother, or father… In June 2005 I got enrolled at the XII Paris University. I got my degree, master 1 and am preparing my master 2… I’m also doing a work placement on commercial assistance. (…)

When I go back to China I’ll be able to do it better… Do things for my family.

 

 

Xu Dan, Cinéma Brady-Paris

 

In France since 2001-Born in 1982-Only child- MA in audiovisual (France)

Mother: Housewife. Father: chief executive in recycling company

 

Studying abroad is a prestigious course for a Chinese student. The french depiction is rather a romantic and cultural outdated picture'. The first year of the course I was lost, didn’t understand what I was taught. Two years later, I finish my studies as “top of the year“. I worked a lot, my time was limited to school. (…)Here, students don’t respect their teachers. The indiscipline shocks me. My first parents are my parents ... second, my teachers. (…) My parents rely on my success. (…) Family values are highly important for Chinese. (…) As a daughter of China, I want to accomplish my duty… work for the development of my country. For us, social ambition is primordial… a 26 years old boy has to think “accountability“, earn one's living. (…) I don’t meet a lot of French with this kind of yearning. Perhaps in China we want to become something related to a social success like becoming a chief executor. Here, it’s more a question of personal success, becoming someone. (…) For the Chinese, the happiness of a couple depend on what they own (…)

 

 

 

 

Qile in is workshop-Aubervilliers

 

I´ve been living in France for 23 years. My grandmother came to France in 1973. My parents and older sister came in 1980 claiming “Family reunification“  … I was too young to go then. My uncle and aunt on my father’s side took care of me. I came to France 4 years after my parents. The Chinese talk little… they keep important things to themselves… the cultural revolution has reinforced that characteristic… (…)

My older sister and I have the French nationality, because our parents wish, who are now French. I feel Chinese when I’m with French and French when I’m with Chinese people… we are all somebody’s foreigner. Because I was born in China, because my mother language is Chinese I have many things from China. The place where you’re born determines many things. My two little sisters, who were born in France, are different. I’m proud of having that double culture… I can build infinity of bridges… In China the group dominates, you have to be able to reconcile. A lot of attention is placed on social status… I don’t care about that. I feel different from the girls of Shanghai (my mother is from Shanghai), and I feel more Parisian. I feel better as a woman here… I feel better at 30 than I felt at 20.

Di (Notre dame de Chine Paris XIII)

 

Je suis née en 1980 à Dalin et je suis fille unique. J’avais envie de me confronter à moi même. J’ai choisi la France, parce que c’est moins cher que les Etats-Unis ou l’Angleterre et que l’obtention du visa est plus simple. Le côté artistique et culturel du pays m’attirait. En Chine, j’étais comme une petite princesse, choyée, protégée. En France… tout cela a été détruit … Je me suis perdue pendant deux ans… je suis devenue adulte… Il a fallu payer le logement, la nourriture… étudier à Paris VIII. Le logement en France est un véritable problème. J’ai déménagé 7 fois en un an avant de trouver un lieu où pouvoir me stabiliser.

Après plus de 5 années passées en France, j’ai le sentiment que je pourrais vivre et m’adapter dans n’importe quel autre pays. Je me suis enrichie de la culture française. J’ai beaucoup d’amis français. Je n’ai plus peur des changements, j’ai trouvé ma voie naturelle… j’essaye de la suivre. Je souhaiterais rester en France les 10 prochaines années… mais il y a le problème de la carte de séjour. J’aime ce pays mais il semble ne pas vouloir de moi. J’aimerais aussi aller au Canada… Revenir en Chine aujourd’hui, c’est un peu tôt. 

Être Chinois, c’est être avant tout être l’héritier de plus de 5000 ans d’histoire… c’est aussi une valeur primordiale de l’honneur. Nous avons conscience que la vie est courte et nous faisons le maximum pour être rentable et productif. Nous ne savons pas comment nous relaxer, profiter du temps libre… Notre valeur, notre pouvoir et notre puissance augmentent chaque jour… peut-être le retournement du cours de l’histoire… après plus d’un siècle de vexations. Le pragmatisme chinois est très important… peut être un peu trop… Construire, voilà le maître mot. Les chinois d’ici souhaitent être un pont entre l’Europe et la Chine…

 

 

 

 Min Huei, (Opéra de la Bastille)

 

Je suis née en 1968 Je suis arrivée en France en 1990… Mon père est à la retraite, il dirigeait une entreprise d’import-export. Ma mère a toujours été femme au foyer. À son époque, la place des femmes se cantonnait à celle d’épouse. Du coup, elle m’a toujours poussée à faire des études pour être autonome… J’ai été éduquée pour être indépendante et non pour rester au foyer. J’étais une fille modèle, studieuse, bien sage. J’ai commencé à faire de la musique à 7 ans… À 12 ans j’ai intégré, par concours, une classe de musique aménagée… Ma mère a tout mis en œuvre pour que j’aie de très bonnes conditions de travail… j’apprenais le français parce que j’apprenais à tenir l’archer à la française…

Lorsque j’ai eu ma licence de musique, je me préparais à aller aux Etats-Unis… mais j’ai choisi la France… pourtant l’image des Etats-Unis était plus prestigieuse. (…)

J’avais une idée de la culture française très raffinée, élégante, romantique… Quand je suis arrivée à Roissy, il y avait des étrangers partout. Ici, il y a beaucoup d’autres cultures, d’autres origines, c’est plus ouvert… Cela fait 17 ans que je suis ici, je suis mariée à un français, musicien et j’ai la nationalité française. Je connais mieux la culture française... Peut-être parce que nous sommes un peu plus tournées vers la famille mais je trouve les françaises arrogantes… pouvant se comporter comme des hommes. Elles me paraissent égoïstes, au centre du monde… trop libérées peut-être (…)

Paradoxalement, les hommes me paraissent délicats… en tout cas, plus que les chinois (…)

 

 

 

 

 

Stéphane, café l'Etoile Manquante-Paris

 

Je suis né en 1973 et je suis fils unique. Mes parents sont tous les deux professeurs d’université. Ils enseignent la littérature chinoise… J’ai grandi dans cette petite bulle, le campus de l’université… dans un modèle culturel d’excellence…

Je suis arrivé en France en 2000… (…) On a choisi une école pour moi, l’École des Mines à Paris. Je déteste le côté râleur des Français mais j’apprécie qu’ils soient fiers de leur culture et attachés à leurs racines…  (…)

(…) Ah, il faut aussi noter l’exception administrative française. Pour faire ma carte de séjour étudiant, il a fallu une attestation bancaire… et pour ouvrir un compte il faut une carte de séjour . Il y a plein de trucs ridicules comme cela… Je me sens bien en France, j’ai des amis… Les conditions de travail sont bonnes… 5 semaines de congés… chez nous c’est 7 jours. Je ne ressens pas le besoin de retourner chez moi sauf pour voir ma famille… J’aimerais ramener des choses de la Chine traditionnelle, les valeurs comme le respect pour les personnes âgées, pour la parole donnée (si je le dis je le fais.) Pour moi, ce sont des valeurs chinoises… Aujourd’hui, ce n’est peut-être plus le cas. … Dans mon entreprise, il y a un projet de rapprochement avec la Chine. J’aimerais pouvoir faire cette passerelle, aider à cette communication… J’ai demandé la nationalité française pour me faciliter les démarches. Peut-être que je commence à me sentir français, je vais peut-être pouvoir me poser et mettre mes racines.

 

 

 

 

 

Dan, Cinéma Brady- Paris

 

Est retournée en Chine fin 2008.

Mère : fonctionnaire puis a travaillé en entreprise. Père : écrivain

Je suis née le 25 mars1977 et je suis fille unique. Je suis en France depuis octobre 2002… J’ai eu mon diplôme de journaliste en 2000…. Ma génération, c’est celle de l’entre deux… entre tradition et ouverture. Je voulais voyager, faire une coupure avec ma vie en Chine,

(…) Je pensais que la France ressemblerait à son image culturelle et romantique. La réalité est différente. On pense toujours qu’ailleurs les choses seront différentes, que le cours de la vie prendra une direction tout autre. On pense que "l’ailleurs" est toujours plus beau mais quand on vit cet ailleurs… on s’aperçoit que c’est la même chose que "l’ici"… La fierté est sans doute le premier adjectif qui me vient pour qualifier le fait d’être chinoise : fière de ma culture et de mon histoire… fière des épreuves que mon pays a traversé. Aujourd’hui la Chine est libre d’entreprendre ce qui lui paraît bon pour elle. (…)

Je prépare un master de cinéma sur le cinéma chinois. Je passe beaucoup de temps à étudier. J’imagine ma vie en France, pays du cinéma… Je ne regrette pas ce voyage riche en expériences, cette confrontation à une autre culture, même si certains de mes amis ont aujourd’hui une situation stable en Chine et ont construit leur foyer. Si tu veux avoir une vie facile, ce n’est pas la peine de venir en France… je parle pour une personne diplômée…

Il existe un problème de confiance entre le gouvernement et son peuple… il semble que cette caractéristique soit assez prégnante dans notre histoire. Le gouvernement n’a pas assez confiance en son peuple mais il faut aussi être attentif à certaines libertés, qui peuvent mettre en danger notre pays…

 

 

 

 

kittie, Couloir immeuble-Paris

 

En France depuis 2004. Née à Hong-Kong en 1992. Une demi-sœur.

Mère : Travaille dans un salon de coiffure.

 

Ma mère travaillait beaucoup dans sa petite boutique, sa cousine et son mari m’ont pris en charge quand j’ai eu 3 mois. Ils étaient comme mes vrais parents, j’avais des frères et sœurs… une vraie famille. Je voyais ma mère 3 à 4 fois par an. Puis ma mère et son futur mari sont partis en France… je les ai rejoints deux ans plus tard, … en 2004… j’avais 12 ans. Je n’avais pas envie de quitter mes amis, ma famille. Tout d’un coup, il a fallu changer de situation.

J’ai intégré une classe d’accueil… je savais juste dire bonjour, au revoir et merci. Une catastrophe (…) L’école me plait. Mes amis de l’école sont plutôt français et mes amis hors de l’école sont plutôt chinois.

La vie en France, c’est plutôt tranquille, mais je ne sais pas si je veux ou non retourner vivre à Hong-Kong. (…) pour connaître un pays il faut y vivre, découvrir la culture… c’est différent d’une carte postale. Je ne me sens pas vraiment intégrée… lié peut-être à ma façon de parler le français…

 

 

 

 

YI, à Phoenix TV, Ivry

 

En France depuis 2000. Née en 1975. A grandi à Zhenjiang Une sœur.

Mère : travaillait dans une entreprise industrielle, a arrêté pour s’occuper des enfants.

Père : chargé commercial dans une entreprise

 

J’ai toujours voulu être journaliste et parler une langue étrangère… “Je fais ce que je veux“… est l’une des premières phrases que j’ai apprise lorsque je suis arrivée en France. Je ne comprenais pas ce que cela voulait dire… aujourd’hui, je comprends très bien. (…) En Chine, il faut être pareil. On vit pour les autres, sous les yeux des autres. Si tu es toujours célibataire à un certain âge, toutes les personnes qui te connaissent, comme ta famille, sont très embêtées… plus embêtées que toi. Ici, tout cela ne semble pas poser de problèmes. Chacun a sa vie privée… Les français sont plus centrés sur eux-mêmes… La France est en train de changer… elle n’est plus un pays d’accueil. La procédure de regroupement familial n’existe plus. Il est de plus en plus difficile de faire venir sa famille. Malgré tout, j’adore sa culture… et puis, il reste la liberté de pensée et le côté rebelle. Les français critiquent beaucoup les autres mais ont le courage de se moquer d’eux-mêmes… Les gens nés en 70, comme moi, sont de la génération du milieu. D’un côté, on a toutes les traditions et de l’autre, on a profité de l’ouverture du pays… génération de transit… Le rythme de la vie en Chine est beaucoup plus dynamique… la vie me paraît plus facile… je dis cela, mais je ne supporte plus cette idée de compétition, de concurrence permanente… il y a toujours de la pression, de la compétition…. On a perdu le goût de la vie… toujours courir derrière quelque chose… ça n’a pas de fin. Les chinois vivent pour quelqu’un d’autre, la famille, le patron, la pensée des autres… Je souhaite en tant que femme, pouvoir étudier, travailler, voyager, me cultiver le plus possible, avant de décider un jour de me concentrer sur ma famille et mes enfants. Une femme a toujours besoin de cultiver sa curiosité, son lien avec le monde et l'extérieur… au lieu de se plonger dans la cuisine. D’ailleurs en Chine, les femmes modernes sont de plus en plus fortes, elles accèdent de plus en plus à des positions de "leader", surtout dans des entreprises internationales. C’est la même chose dans le couple, surtout dans des grandes villes, où c'est la femme la plupart du temps qui prend les décisions. Les hommes, en plaisantant, appellent leur femme “ma dirigeante“. En France c'est l'inverse, les hommes sont habitués à être chouchoutés par les femmes…

 

 

 

 

 

 

 

Alice, at Ladurée-Paris

Je suis née en 1985. Je suis en France depuis 2005. Mes parents financent mes études aux Beaux-Arts de Versailles. Ils veulent le meilleur pour moi… je suis très choyée. J’ai souhaité venir à Paris car sa réputation de Capitale des Arts n’est plus à faire. (…)

Je pensais que Paris était magnifique, propre, les gens polis… cela ne ressemble pas à ce que j’avais imaginé… mais le rythme de la vie y est moins stressant qu’en Chine. Je me sens, néanmoins seule, la solitude me pèse… et parfois j’ai un sentiment d’infériorité… peut-être dû au barrage de la langue, je ne parle pas français. Pour moi, les codes sont difficiles à cerner… Les Chinois ne montrent pas leurs sentiments, mais les français sont très expressifs… c’est un autre mode de vie.

 


 

 

Qin, at home-Paris 75019

Je suis venue en France à 17 ans… en 1997… c’était la volonté de mes parents… Ils pensaient que la vie serait plus facile pour moi. Une de mes sœurs (5 frères et sœurs) était partie 5 ans auparavant… sans avoir fait d’études… elle est venue ici pour travailler. Je suis arrivée avec un faux passeport et un visa touristique qui appartenait à quelqu’un d’autre… ce voyage m’a coûté très cher. Une fois en France, ils te prennent le passeport… tu es donc un sans-papiers du jour au lendemain… et il faut payer. Ce sont mes parents qui ont payé les passeurs. Tu travailles au noir pendant un à deux ans, pour les rembourser. Je ne me rappelle pas mon nom de passeport, pourtant je l’avais appris par cœur. Au début, j’étais désespérée… c’était très différent de ce que je pouvais m’imaginer… je ne savais pas parler français. J’ai habité environ 4 ans chez ma sœur et j’ai pris des cours de français. Je me suis mariée avec un français. S’intégrer c’est dur… même si on est français… on n’est pas vraiment français, à cause des différences… le visage… c’est dur. Je ne regrette pas mais c’est dur. Maintenant, je n’ai plus envie de vivre en Chine… en fait, je n’ai pas vraiment le choix. Après 11 ans passés en France, ce n’est plus possible de revenir en Chine. Si j’avais le choix… je retournerais dans mon pays… Au fond de moi je suis toujours chinoise. Ce qui me manque… j’ai envie d’être à l’aise dans… je ne sais pas comment dire… je me sens un peu seule dans mon univers…

 

Si un ami chinois voulait venir vivre ici… je lui déconseillerais.

 

 

 

 

 

Owen, université Descartes-Paris

 

En France depuis fin 2005. Née en 1985. Fille unique. Mère employée de banque. Père fonctionnaire

Le choix de la France s’est fait, entre autres, en raison du bon niveau de ses universités de biologie. Mon père ne m’a pas soutenue dans ma volonté de partir à l’étranger. Il s’inquiétait beaucoup. Quand je suis arrivée en France, l’image que j’ai eue n’était pas du tout comparable à celle que j’avais en Chine. Les gens ne correspondaient pas à ce que j’avais imaginé… où étaient passés les gentlemen ?

Au début j’avais peur de sortir… dans la rue, dans le métro… il y a des gens qui ont l’air fou… Je perçois vraiment le réalisme de la vie… les soucis… la vie n’est pas rose. Mon père est très étonné quand je lui raconte ma vie au quotidien. (…)

Les français ont beaucoup d’émotions quand ils parlent et c’est un peu fatigant. Peut-être que nous, les chinois, sommes trop discrets. C’est drôle, mais compte tenu de la complexité de la langue, je pensais que les français étaient très intelligents… pour pouvoir réfléchir à tant de choses tout en parlant… Souvent les français ponctuent leurs phrases d’un « tu vois ce que je veux dire ». Je ne sais pas pourquoi. Les chinois sont beaucoup plus précis. Pour les chinois, chaque mot a vraiment un sens … Même si je n’ai pas envie de vivre en France toute ma vie, j’aimerais pouvoir y venir de temps en temps… pour l’ambiance…

 

 

Wenjun-Paris

 

En France depuis octobre 2004. Née en 1976. 4 frères. Est retournée en Chine en 2009.

Parents : à la retraite

.Après avoir passé 3 ans à Jiangxi dans une université à étudier la finance et l’économie, j’ai trouvé un travail à Canton (…) et j’ai décidé d’apprendre le français. (…)

J’ai étudié pendant 5 mois puis j’ai décidé de vivre quelque chose de différent, alors je suis partie seule… Je me suis mariée avant (…) Nous étions ensemble depuis 5 ans mais sans vivre ensemble. Mon mari me soutient un peu financièrement (…) En juin 2005, je me suis inscrite à l’université Paris XII. J’ai passé ma licence, mon master 1 et je suis en train de passer mon master 2… je suis aussi en stage d’assistante commerciale. (…) En revenant en Chine, je pourrais faire mieux… faire des choses pour la famille.

 

 

 

 

Xu Dan, Cinéma Brady-Paris

 

En France depuis 2001. Née en 1982. Fille unique. Master en audiovisuelle à Marne la Vallée. Mère: femme au foyer. Père: PDG d’une usine de recyclage.

 

Étudier à l’étranger, est une filière prestigieuse pour un étudiant chinois. (…) L’image de la France est celle un peu dépassée du romantisme et de la culture. La première année de cours, je n’ai pas compris grand-chose de ce qui m’a été enseigné. Deux ans après, je suis sortie major de ma promotion. J’ai beaucoup travaillé… mon emploi du temps se résumait à l’école (…) Ici, les étudiants ne respectent pas leur professeur. L’indiscipline me choque. Mes premiers parents sont mes parents… les deuxième, mes professeurs. (…) mes parents comptent sur ma réussite. (…) Les valeurs de la famille sont très importantes pour les chinois (…) Je veux accomplir mon rôle de fille… travailler pour le développement de mon pays. Pour nous, l’ambition, l’ambition sociale est primordiale…

Peut être que la différence, c’est qu’en Chine on veut devenir quelque chose, un quelque chose lié à la fonction sociale, lié à un poste prestigieux, on veut devenir PDG…ici, on est plus tourné vers une réussite personnelle…devenir quelqu’un.

(…) Les chinois mettent le bonheur du couple dans l’accession au confort (…)

 

 

 

Qile, dans son atelier-Aubervilliers

 

Je suis née en 1978 et j’ai 3 sœurs. Je suis en France depuis 23 ans. Ma grand-mère est arrivée en France en 1973. Mes parents et ma grande sœur sont arrivés en France en 1980, dans le cadre du regroupement familial… moi, j’étais trop petite pour partir. Mon oncle paternel et ma tante se sont occupés de moi. Je suis arrivée en France 4 ans après mes parents. Les Chinois parlent peu, les choses importantes ils les gardent pour eux… la période de la révolution culturelle n’a fait que renforcer cette caractéristique… (…)

Ma grande sœur et moi sommes de nationalité française, suite aux vœux de nos parents, qui sont aujourd’hui français. Je me sens chinoise avec les français et française avec les chinois… Nous sommes tous l’étranger de quelqu’un. Parce que je suis née en Chine, parce que ma langue maternelle est le chinois, j’ai gardé beaucoup de choses de la Chine. L’endroit où tu es née détermine beaucoup de choses. Mes deux petites sœurs, qui sont nées en France, sont différentes. Je suis très fière d’avoir cette double culture… je peux établir plein de ponts…. En Chine, le groupe domine, il faut concilier. On fait très attention au statut social… Moi, je m’en fous. Je me sens différente des filles de Shanghai (ma mère est shanghaienne), je me reconnais plus comme parisienne. Je me sens mieux femme ici… je me sens mieux à 30 ans qu’à 20 ans.